Animaux de béance

création 2017

avant-première, les 06 et 07 novembre, CCAM - Vandoeuvre-les-Nancy

première, le 10 novembre, manège - reims

Chorégraphie : Camille Mutel
Interprètes : Alessandra Cristiani, Isabelle Duthoit et Mathieu Jedrazak

Musique : Isabelle Duthoit, Scarlatti
Eclairagiste : Philippe Gladieux

Régie : Antonin Mauduit, Gildas Goujet

Costumes : Eleonore Daniaud

Masques : Den Durand

Maquillage : Séverine Martin

Il y a un endroit où le réel du corps intime transgresse les catégories du corps social, ne tient pas compte des normes communautaires, de l'âge, et met en doute jusqu'à l'identité sexuelle. Il y a un endroit où, dans le mouvement de la vie, l'être est plus vaste, plus fragile et plus incertain que toutes les structures existantes pour le décrire. En s'inspirant, sans la reconduire, d'une forme rituelle médiévale originaire de Sardaigne, la chorégraphe Camille Mutel cherche à interroger cet espace d'une « crise de la présence ». La danse de l'Argia, sorte de tarentelle Sarde, offre un réservoir de pratiques symboliques organisées pour traverser collectivement et singulièrement l'état confusionnel d'un individu au sein d'un village, en réponse à son trouble et au doute sur sa propre forme – prise au sens de santé, mais aussi de contours de soi, et de modalité d'apparaître. L'ensemble de la communauté soutient la crise de l'un d'entre eux, et se rassure elle-même en offrant un asile à la possibilité d'une crise pour chaque membre.

Camille Mutel se propose pour la première fois de rester au bord du plateau, afin de guider les trois artistes qu'elle a invités à engager leurs matériaux, et leurs incarnations des pratiques et des outils qu'ils manipulent : voix et corps. Organisant la rencontre et le sens qu'elle va prendre pour le spectateur, elle alimente les imaginaires, et oriente la mise en mouvement vers une animalité et un jeu de dialogues entre nudités et costumes. Elle envisage le corps dans son hétérogénéité, sa multiplicité et son réel, résolument plus complexe que la simple enveloppe d'une identité définie. Dans la béance de l'être, elle envisage que se trouvent les ressorts d'une créativité, d'une invention de soi qui concerne tout le monde, acteurs et spectateurs de ce moment de permissivité, finalement curatif. La performance est sans doute, au XXIème siècle, le lieu dédié pour reposer des questions existentielles et vitales, qu'auparavant les communautés prenaient en charge au travers de festivités, de carnavals et de rituels.

 

 

 

Production : Compagnie Li(luo)

Coproduction : manège, scène nationale - reims ; Centre Culturel André Malraux, Scène nationale de Vandoeuvre-les-Nancy ; Césaré - Centre national de création musicale - Reims ; La Filature, Scène nationale - Mulhouse .

 

Avec le soutien de : Ballet de l’Opéra national du Rhin - CCN de Mulhouse et POLE-SUD - CDCN – Strasbourg dans le cadre du dispositif Accueil studio 2017 / Ballet de Lorraine - CCN de Nancy dans le cadre du dispositif Accueil studio 2017 / Réseau Grand Luxe  (Ballet de l’Opéra national du Rhin - CCN de Mulhouse ; Ballet de Lorraine - CCN de Nancy ; POLE-SUD - CDCN – Strasbourg; Trois C-L Luxembourg ; Le Grand Studio - Bruxelles) / Agence Culturelle Alsace dans le cadre du dispositif Arts Vivants / DRAC Grand Est / Région Grand Est (demande en cours) / Ville de Nancy / Adami / Spedidam.

Avec le partenariat de Tricot Couture et Bergère de France.

Camille Mutel est artiste compagnon au manège, scène nationale - reims pour la saison 2017/2018.

 

 

© 2013 by compagnie Li (luo)

 

 

La compagnie bénéficie de l'aide à la structuration 2018-2019 de la DRAC Grand Est et de l'aide au conventionnement 2018-2020 de la Région Grand Est.